histoire et patrimoine

La cité épiscopale

Histoire

vue aérienne condom

« Condom est une ville de saisons. L’automne y rougeoie, inlassable, soufflant sur les braises de l’été, faisant naître les pourpres, les jaunes vifs, levant des odeurs d’herbe et de terre, odeurs cambrées : l’étreinte de l’été fut brûlante. Chaque hiver y invente des grisailles douces et des matins tranchants. L’air, ici, ne plonge ni ne stagne, il coule comme un ruisseau, se prend parfois pour un torrent. Le printemps y vibre, fait claquer les volets, fleurit les jardins, caresse le belle endormie aux bons endroits des façades, et tout s’érige de nouveau pour la bataille de paille et de sarments de l’été. »

Yves Navarre (1940 Condom – 1994 Paris) prix Goncourt en 1980

Un riche passé encore présent

Condom, commune la plus vaste du département du Gers a la chance de pouvoir témoigner d’un riche passé historique, dû à la présence d’une place marchande depuis la nuit des temps entre Armagnac et Agenais, à la confluence des rivières Baïse et Gèle ; comme en témoigne l’origine de son nom : «Condatómagos» ou marché du confluent L’installation d’une abbaye bénédictine en 1011 fut le point de départ d’une passionnante histoire dont on peut encore lire les chapitres dans nos pierres et architectures. Devenue halte sur les chemins de Saint-Jacques de Compostelle et cité épiscopale, Condom la médiévale, a vu la construction d’une cathédrale et son cloître, d’un évêché et ses jardins, d’hôpitaux pour pèlerins…
Cloitre

Au 18e siècle, la ville fortifiée laisse place à de nouvelles rues et allées où de notables familles y exposeront leurs hôtels particuliers. 

Hôtel Bouzet de Roquepine : Hôtel de Ville
Hôtel de Polignac : Ecole Jules Ferry
Statue des quatre mousquetaires offerte par la compagnie des Mousquetaires. Œuvre de monsieur Tsereteli Zurab

La ville s’ouvre vers le reste du monde grâce à son port sur la rivière Baïse. La voie ferrée prendra le relais, poursuivant sa tradition de cité marchande.

Aujourd’hui classée station touristique, la sous-préfecture gersoise figure parmi les Grands Sites touristiques d’Occitanie sous le nom « Armagnac, Abbaye et Cités ».

Jamais à court d’idées, les condomois réinventent leur patrimoine ; le cloître est devenu Centre Culturel, les anciennes dépendances du Palais épiscopal abritent un musée consacré à la production de l’armagnac, le port marchand a laissé place à un port de plaisance, la voie ferrée à une voie verte de l’Armagnac.

Port de Condom

Les hameaux, témoins d'une identité condomoise

La particularité de la commune de Condom est d’abriter de nombreux hameaux disséminés en Val de Baïse. Cet habitat dispersé a multiplié et diversifié un patrimoine souvent dit « petit », mais oh ô combien présent dans la mémoire collective ! Moulins à vent et à eau, lavoirs, fontaines, écluses, cabanes de vigne, pigeonniers, croix, maisons de garde barrière, maisons éclusières, églises et chapelles bordés d’arbres séculaires qui pointent leur présence à l’horizon.
Les paysages du condomois et son terroir de la Ténarèze au cœur de l’AOC Armagnac s’organisent de manière ordonnée mais diversifiée de part et d’autre de la Baïse qui joue les axes de symétrie.
Rive droite, nous comptons ; le hameau de Herret célèbre pour son aérodrome, le hameau de Sainte-Germaine dont l’église romane est inscrite aux Monuments Historiques (MH), les hameaux de Scieurac, Vicnau, Cannes, Gourragne ou encore Lialores dont l’église romane Saint-Antoine est classée aux MH. C’est au pied de cet ancien lieu de pèlerinage que les villageois vibrent chaque 15 août pour décerner le titre de champion du monde de palet gascon, un jeu traditionnel local !

Rive gauche, nous observons les hameaux de Grazimis, Pomaro et le Goalard dont le majestueux pin fait repère dans le paysage, tel un phare terrestre.